12/06/2012

Chronique économique et financière hebdomadaire de Pierre Jovanovic. Lancement d'un nouveau Swift par la Chine. Nouvelle tentative de liquider froidement Chavez.

LA CIA EN ACTION... SUR CHAVEZ
du 11 au 15 juin 2012 : La CIA a pour ordre de dégager Hugo Chavez de son poste. Eh bien, le PDG de la Banque Mondiale, Robert Zoellick a carrément annoncé que "les jours du gouvernement Chavez sont comptés et que sans son soutien, les gouvernements de Cuba et du Nicaragua auraient du mal à se maintenir". Et qu'est-ce qui lui permet d'être aussi sûr, hormis une note de la CIA sur son bureau??? lui demandant de se préparer à intervenir? La CIA n'en est plus à son coup d'essai. Au 248e elle va finir par y arriver. Lire ici. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012
Le livre "Blythe Masters" via le site éditeur. Envoyez ce lien à votre banquier et à tous vos amis..
Vous soutenez cette revue de presse en précommandant
mon prochain livre.
Le livre qui a tout lancé: "
777, la chute de Wall Street et du Vatican"! Vos critiques sont ici, la 4e de couve ici.
Lire absolument "
L'Effondrement du Dollar et de l'Euro, et comment en profiter" le livre best-seller de James Turk. Recevez le catalogue gratuit.
Rediffusion des news, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.
La Revue de Presse radio sur
95,2 Mhz direct un mercredi sur deux 14h.

L'IRAN IMPORTE DE L'OR EN MASSE
du 11 au 15 juin 2012 :

L'Iran a fait savoir qu'il a importe de Turquie pour 1,2 milliard de dollars d'or en avril... ZH nous dit aussi que "huge demand in China came yesterday with data showing that Hong Kong shipped 101.768 kilograms of gold to mainland China in April, up 62% on the month... - marking the second-highest monthly exports ever. While demand from India continues it has fallen from the record levels recently but demand from other Asian countries is robust with reports of demand in Thailand, Vietnam, Malaysia and Indonesia". Ceci vous montre au passage que le cours de l'or est faussé. Remerciez Blythe grâce à qui vous pouvez encore acheter à des prix raisonnables... On peut la voir sous un bon côté finalement. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012
Le livre "Blythe Masters" via le site éditeur. Envoyez ce lien à votre banquier et à tous vos amis..
Vous soutenez cette revue de presse en précommandant mon prochain livre.
Le livre qui a tout lancé: "777, la chute de Wall Street et du Vatican"! Vos critiques sont ici, la 4e de couve ici.
Lire absolument "L'Effondrement du Dollar et de l'Euro, et comment en profiter" le livre best-seller de James Turk. Recevez le catalogue gratuit.
Rediffusion des news, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.
La Revue de Presse radio sur 95,2 Mhz direct un mercredi sur deux 14h.



LA CHINE VA LANCER SON PROPRE SWIFT...
du 11 au 15 juin 2012 : Vous vous souvenez: Swift a exclu de son système informatique bancaire l'Iran, et ceci à la demande des Américains et de l'UE, manipulée par les US. Résultat, ne voulant pas se retrouver dans la même situation, la Chine a décidé de lancer son propre système, merci à notre lecteur Mr Bastide: "La Chine prévoit de lancer son propre système swift en juillet 2012 comme vous pouvez le voir ici sur Canada News Libre. Il semble bien que tout ce que les Américains essayent de faire à l'Iran se retourne contre eux car: 1) le blocus financier aura duré peu de temps (si cette info est exacte); 2) ils se retrouvent avec un concurrent qui de plus ne les laissera pas accéder aux informations comme c'est le cas actuellement pour l'UE car nos dirigeants nous ont vendu aux USA". Eh bien, voilà une bonne nouvelle, se libérer du diktat télécom-bancaire des US. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012
Le livre "Blythe Masters" via le site éditeur. Envoyez ce lien à votre banquier et à tous vos amis..
Vous soutenez cette revue de presse en précommandant mon prochain livre.
Le livre qui a tout lancé: "777, la chute de Wall Street et du Vatican"! Vos critiques sont ici, la 4e de couve ici.
Lire absolument "L'Effondrement du Dollar et de l'Euro, et comment en profiter" le livre best-seller de James Turk. Recevez le catalogue gratuit.
Rediffusion des news, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.
La Revue de Presse radio sur 95,2 Mhz direct un mercredi sur deux 14h.

09/06/2012

La banque centrale russe est dirigée actuellement par deux membres du célèbre groupe d'économistes au service de Londres sous Gaïdar et Choubaïs dans les années 90. Ils nuisent, par étouffement, à l'économie russe. Glazyev souhaite leur destitution.

Crédit productif : Sergueï Glazyev s’attaque à la Banque centrale russe                      
                               

8 juin 2012 (Nouvelle Solidarité) – L’académicien Sergueï Glazyev a accordé une série d’entrevues à l’agence de presse économique RBC, à la chaîne de télévision Channel One Russia et au journal Zavtra, dénonçant la politique suivie par la Banque de Russie (banque centrale "indépendante") depuis le début de la crise en 2007. Il l’a accusée de fonctionner comme simple filiale de la Réserve fédérale américaine et d’étouffer l’économie russe.

« Notre banque centrale n’imprime des roubles que pour acheter des devises étrangères, avec une absence effective de régulation en ce qui concerne notre monnaie », a-t-il lancé. « Nous faisons de facto partie du système financier américain. Par conséquent l’instabilité qui se manifeste là bas se reflète automatiquement ici, d’une manière amplifiée. » Il ajouté que la politique monétaire de la Banque de Russie signifie que le secteur réel de l’économie russe manque de sources de crédit à long terme pour le développement du pays : « Sans ceci nous ne pouvons nous tenir debout, car nous dépendons toujours de flux d’argent en provenance de l’extérieur. »

Glazyev avait été nommé très jeune comme ministre des Relations économiques extérieures dans le gouvernement Gaïdar en 1993, lorsque le président de l’époque Boris Eltsine avait démembré le parlement en raison de son refus de voter des lois de privatisation et de dérégulation de l’économie. Il avait alors démissionné de son poste pour protester contre la conduite du Président russe.

En 2001, alors qu’il était le président du Comité de politique économique de la Douma, Glaziev avait invité l’économiste américain Lyndon LaRouche à prononcer le discours principal lors d’auditions sur les moyens permettant aux économies nationales de survivre à la crise financière mondiale.

Au cours des dernières années, il a dirigé le projet pour former une union douanière eurasiatique, dans le cadre de la future Communauté économique eurasiatique et d’une possible Union eurasienne. Il a été cette année l’un des représentants autorisés de la campagne de Vladimir Poutine à la présidence. Dans une déclaration intitulée « Pourquoi je soutiens Poutine », il a fait part de son espoir de voir Poutine changer la politique économique du pays une fois ré-élu.

La banque centrale russe a fait les manchettes après que le Premier ministre Dimitri Medvedev lui ait ordonné d’accroître ses interventions sur le marché des devises (vendre des dollars pour acheter des roubles) suite à une importante chute de la monnaie nationale la semaine dernière. La banque centrale est dirigée depuis 2002 par Sergueï Ignatiev et Alexei Ulyoukaïev, deux membres proéminents du célèbre groupe d’économistes au service de Londres dans les gouvernements Gaïdar et Choubaïs au cours des années 90.

Glazyev et son équipe ont également préparé un rapport sur la réorganisation du système monétaire mondial en vue du sommet du G20 des 18 et 19 juin au Mexique.

La Russie à qui l'Occident donne la main, par dépit, sur les questions de crises internationales donne l'occasion à dedefensa d'ironiser sur la principale fondation de l'Empire US qui se fissure en proposant la roulette russe au Pentagone.

Roulette russe au Pentagone : six balles dans le barillet…

08/06/2012

Le processus de séquestration pourrait forcer l’industrie de défense US à annoncer des centaines de milliers de suppression d’emploi à quatre jours de l’élection présidentielle du 6 novembre 2012. AOL.Defense a interviewé, le 8 juin 2012 divers spécialistes et experts, qui viennent de publier un rapport, sur les conséquences de cette mesure législative sur l’industrie de défense.

Le processus de séquestration est ce processus législatif qui forcerait, à moins d’un accord jusqu’ici impossible à réaliser entre républicains et démocrates au Congrès, à couper automatiquement $500 milliards sur dix ans dans le budget du Pentagone. Anticipant cette issue jugée catastrophique, les monstres de l’industrie de défense sont en train de préparer des plans de réduction massive d’emploi pour la 2 janvier 2013 (date d’application de la loi). Mais des lois en vigueur obligent ces compagnies à annoncer leurs réductions d’emploi planifiées 60 jours à l’avance.

• Dov Zakheim, qui fut contrôleur général du Pentagone sous Clinton après avoir opéré dans les services à l’exportation dans les années 1980, a participé à l’élaboration d’un rapport du Bipartisan Policy Center qui vient d’être rendu public le 7 juin.

«As sequestration approaches, said Dov Zakheim, the former comptroller, companies large and small will be faced with layoffs, which by law – specifically the 1988 WARN Act – they must announce 60 days in advance. Sequestration would take effect on January 2nd. “60 days before January 2nd is November 2nd,” said Zakheim. Election Day is November 6. “I wonder how many of our politicians went to face the fact that literally hundreds of thousands of people” – all eligible voters, Zakheim noted – “may have gotten notices [four] days before Election Day.”»

»Sequestration is like “burning the house down,” [said] Zakheim, speaking to the assembled reporters…» “

• Le général des Marines à la retraite James Jones, qui fut commandant en chef des forces de l’OTAN (SACEUR) puis conseiller du président Obama pour les affaires de sécurité nationale, expose, dans le cadre de la même étude le chaos budgétaire et financier que va installer la loi de séquestration. Cette situation va conduire immédiatement à un chaos dans le financement des programmes du Pentagone, pouvant aller jusqu’à une situation d’effondrement stratégique des capacités US.

«“It breaks everything,” retired Gen. James Jones told AOL Defense after the roundtable event. […] [R]ational reform is incompatible with sequestration's indiscriminate across-the-board cuts. Acquisition programs like the F-35 Joint Strike Fighter are painfully slow and costly, Jones said, but sequestration is exactly the wrong way to fix them. “If that happens,” Jones told AOL Defense, “current programs like Joint Strike Fighter go into a tail spin” – with consequences not only budgetary but strategic: “It’ll create vacuums for us around the world and vacuums will be filled by others,” like China…»

• Un autre général retiré du Corps des Marines, le général Arnold Punaro décrit l’état d’esprit des compagnies de l’industrie de la défense. Le corporate power de ce côté de la défense vit dans l’angoisse, préparant ses plans de réduction massive d’emploi, dont certains doivent commencer à être développés publiquement à partir de juillet, entraînant d’ores et déjà un mouvement de baisse dans la cotation boursière des sociétés impliquées, pouvant conduire à un effondrement. Les conséquences de ces réductions budgétaires automatiques faites pour réduire la dette et théoriquement pour aider au relèvement de l’économie, ont nombre de chances, ou nombre de malchances c'est selon, de produire l’effet inverse. Le chaos qui en résultera au niveau du gouvernement, et particulièrement du Pentagone, avec nécessité de restructuration, de renégociation de contrats avec les pénalités qui vont avec, devraient finalement coûter plus d’argent que la séquestration doit économiser, en plus de briser ce qui reste de structuré dans le Pentagone agonisant… «“We are arguing for more bang for the buck. The sequester gets you less bang for the buck,” summed up Punaro. “I call the sequester Russian roulette with a round in every chamber.”»

“Que faire ?”, disait fameusement Lénine (Que faire ?, titre d’un livre de Lénine édité en 1902), – mais c’était quinze ans avant la révolution d’Octobre. Le “que faire ?” du Pentagone et de la séquestration de Washington, votée par le Congrès en août 2011, se place à quelques mois avant que ne tombe, dans un bruit de cataclysme bordélique, la fameuse guillotine de la Loi (on reste dans le contexte révolutionnaire). Tous les augures baissent les bras lorsqu’il s’agit d’envisager un accord se faisant au Congrès avant les élections, dans le climat de guerre civile qui règne à Washington. Les plus optimistes envisagent un accord possible entre l’élection du président (6 novembre) et la fin de l’année, une sorte d’accord par surprise lorsque le Congrès finissant le 31 décembre 2012 sera en roues libres… Les autres, placés au chevet de la bête monstrueuse, ce Moby Dick furieux, impuissant et impotent, dictant sa propre loi d’autodestruction à ses serviteurs sapiens, les autres se refusent même à regarder la vérité en face, la tête dans le sable, comme le secrétaire à la défense Panetta.

Quoiqu’il en soit, même avec cette perspective joyeuse d’un vote d’un accord de compromis évitant la séquestration entre le 6 novembre et le 31 décembre, les dinosaures de l’industrie de la défense auront annoncé les licenciements, avec quel effet sur les électeurs, – qui peut le dire ? On imagine le climat, déjà chauffée à blanc aujourd’hui, qui écrasera Washington au début novembre, puis lors de l’élection, avec le vent de panique touchant l’industrie et l’économie… Il faudrait un sursaut d’union nationale pour trouver une porte de sortie. Qui peut envisager une telle issue, plutôt que l’issue contraire, – l’aggravation du climat de désunion, de guerre civile, avec ce climat d’effondrement de cette industrie qui constitue le fer de lance stratégique de la puissance US, et des perspectives absolument inconnues et tragiques à envisager… Bref, si leur calendrier n’est pas exactement ce qu’on croyait, on peut entendre les Mayas en rire déjà.

 

Mis en ligne le 8 juin 2012 à 17H17