13/06/2012

Un livre qui dénonce le passe-temps meurtrier d'un Président Nobel de la Paix. Vous vous ennuyez? Des frissons garantis, surtout le mardi, lorsque Barack tire les cartes (photos) de la victime qu'il décidera officiellement le mardi de liquider.

Barak Obama, démocrate et assassin? - Quand la morale des droits de l'hommes fait office de paillasson

Barak Obama, démocrate et assassin?


Quand la morale des droits de l'hommes fait office de paillasson



Jean Bonnevey
le 12/06/2012
modifié le 12/06/2012 à 09:18h
On ne versera pas une larme sur les présumés, confirmés ou apprentis terroristes, prématurément ravis à l’affection d’obscurantistes islamistes, par les frappes américaines dans le monde. Cela fait toujours quelques nuisibles en moins. Mais, peut-on approuver l’assassinat politique, quand on se prétend le représentant sur terre des valeurs indépassables de la démocratie et des droits de l'homme? Ce que l’on apprend sur le comportement du président Obama prouve que l’hypocrisie est le moteur des sociétés démocratiques.
 
 
La lecture d'un récent article du New York Times portant sur la "petite activité hebdomadaire" du président a de quoi surprendre les admirateurs de l'occupant de la Maison Blanche. On y apprend que, tous les mardis, Barak Obama étale, devant lui, des cartes d'un genre très particulier, où figurent les photos et les notices biographiques de terroristes présumés, pour choisir lequel sera la prochaine victime d'une attaque de drone. Et c'est à lui seul qu'il revient de trancher : la probabilité de tuer un proche de la cible ou des civils se trouvant à proximité mérite-t-elle ou non d'interrompre la procédure ? On y apprend, avec force détails, comment Barak Obama gère personnellement la campagne d'assassinats téléguidés.
 
Il ne faut pas être naïf. Ces révélations ne proviennent pas de fuites, mais relèvent d’une opération de communication bien préparée, d’une opération de propagande a but électoraliste. Il s'agit de montrer aux électeurs, à quelques mois de la présidentielle, que le président est un dur et qu'il est efficace. C’était devenu nécessaire.
 
Parce que, ces derniers temps, le locataire de la Maison-Blanche apparaît singulièrement affaibli : il semble impuissant alors que des milliers de personnes se font massacrer en Syrie ; il se fait rouler dans la farine par l'Iran comme en témoigne l'échec des dernières négociations sur le nucléaire à Bagdad. Vladimir Poutine le traite avec mépris en bloquant toute intervention dans ces deux pays et lui a même infligé un camouflet public, en décidant de se faire remplacer, par son Premier ministre Medvedev, lors des derniers sommets du G8 et de l'OTAN.
 

Charles Krauthammer
 
Le chroniqueur conservateur, Charles Krauthammer, condamne vigoureusement la stratégie de lutte contre le terrorisme adoptée par Obama. L'usage massif des drones est en totale contradiction avec l'image de droiture morale que le président affiche, estime-t-il. « Qu'est donc devenu cet artisan de paix, récompensé par un prix Nobel, ce président favorable au désarmement nucléaire, cet homme qui s'était excusé aux yeux du monde des agissements honteux de ces Etats-Unis qui infligeaient des interrogatoires musclés à ces mêmes personnes qu'il n'hésite pas aujourd'hui à liquider? L'homme de paix a été remplacé –juste à temps pour la campagne électorale de 2012– par une sorte de dieu vengeur, toujours prêt à déchaîner son courroux.

Quel sens de l'éthique étrange. Comment peut-on se pavaner en affirmant que les Etats-Unis ont choisi la droiture morale en portant au pouvoir un président profondément offensé par le bellicisme et la barbarie de George W. Bush et ensuite révéler publiquement que votre activité préférée consiste à être à la fois juge et bourreau de combattants que vous n'avez jamais vus et que peu vous importe si des innocents se trouvent en leur compagnie. »
 
Voila ce qu'on peut lire dans le livre qui révèle la face cachée d'Obama, "Kill or capture" de Daniel Klaidman. « C’était un changement peu probable pour l'un des avocats des droits de l'homme les plus respectés de sa génération. A l'Université de Yale, il avait mémorisé les noms et les visages de ses élèves, idéalistes aux yeux brillants qui voulaient utiliser la loi pour améliorer le monde. Maintenant, il étudie les listes soumises par le gouvernement, mémorise des profils de jeunes militants sans regard, et aider à déterminer ceux qui peuvent être mis à mort. »
 
 
Même Marianne en a des frissons. « 300 pages d'un récit qui se lit comme un véritable thriller et une pluie de révélations livrées par deux cent témoins privilégiés de l'exercice du pouvoir par le 44ème président des Etats-Unis. Daniel Klaidman, correspondant spécial de Newsweek au Moyen-Orient, est un journaliste d'investigation réputé, couronné par la profession pour sa couverture du 11 septembre 2001 et de ses conséquences. Surtout, c'est l'un des meilleurs spécialistes américains du terrorisme et des questions de sécurité nationale. Et c'est bien pourquoi ce livre commence à produire une onde de choc à travers les médias américains".
 
D'emblée, Daniel Klaidman pose la question qui demeure la plus taboue de toutes depuis l'arrivée du successeur de George W. Bush à la Maison Blanche en 2008, à la fois aux Etats-Unis, mais également parmi les puissances occidentales alliées de ce pays: « Barack Obama est-il un idéaliste ou un pragmatique impitoyable? » L'auteur assène sèchement: «Il a promis de fermer Guantanamo, de mettre fin aux interrogatoires coercitifs et aux tribunaux militaires, et de restaurer les principes américains de la justice; pourtant, au cours de son premier mandat, il a fait marche arrière sur chacune de ces promesses, fait monter en puissance la guerre secrète des attaques de drones et les opérations clandestines. »
 
Obama est-il le Poutine de l'Amérique s'interroge le journal? Poutine utiliserait-il des drones contres ses opposants ? On pourrait poser la question différemment: qui du président autoritaire ou du président démocrate a tué le plus d’ennemis par des assassinats ? Il n’y a pas de pouvoir, ni de guerre propre même pour un démocrate, même pour un président "normal". La preuve par Obama, le saigneur des drones tueurs.

11:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.metamag.fr

19/05/2012

L'Abkhazie, pays qui n'existe pas aux yeux des institutions internationales mais est toutefois le fantôme stratégique de l'allié forcé de Russie au détriment de sa volonté d'indépendance.

L’Abkhazie et la Russie. Dans les griffes russes
Reportage photo en Abkhazie, république séparatiste géorgienne

Par Régis GENTE*, le 18 mai 2012

 

Journaliste basé à Tbilissi, correspondant au Caucase et en Asie centrale du Figaro, de Radio France Internationale, France 24 et du Bulletin de l’Industrie Pétrolière

Régis Genté est l’auteur d’un livre recommandé par le Diploweb.com : « Voyage au pays des Abkhazes (Caucase, début du XXIe siècle) », éd. Cartouche, avril 2012, 180 p. Il présente ce livre lundi 21 mai, 19 h 30, à la Maison de d’Europe et de d’Orient, 3 passage Hennel, 75012 Paris. Accès par le 105 avenue Daumesnil, M° Gare de Lyon.

Contexte

DU POINT de vue abkhaze, le choix fut cornélien. Du moins apparaît-il comme tel rétrospectivement. En se séparant de la Géorgie, au terme d’une terrible guerre de sécession qui se déroula d’août 1992 à septembre 1993, la minuscule province des bords de la mer Noire se jetait entre les griffes de l’ours russe. Aujourd’hui, près de quatre ans après que Moscou a reconnu unilatéralement l’indépendance de la « Perle de la mer Noire », au terme de la guerre russo-géorgienne de 2008, il ne faut guère de temps pour que les Abkhazes vous confient, plus ou moins directement, combien la relation avec le grand voisin russe est dangereuse pour l’indépendance de leur république.

C’est que la charmante province séparatiste géorgienne, grande comme la Saône et Loire et peuplée officiellement d’un peu plus de 240 000 habitants, sait bien qu’elle est d’abord un puissant levier géopolitique pour le Kremlin et diverses forces en Russie. Cela fait belle lurette que plus personne ne croit à Soukhoumi à la soi-disant amitié entre les peuples russe et abkhaze. La guerre de 2008 a d’abord été l’occasion pour la Russie de tenter de revenir à la table des grandes nations.

A Tbilissi, c’est un soir de février 2008 que nous avons vu les premiers nuages s’accumuler lorsque, quelques jours après la reconnaissance du Kossovo par une partie de la Communauté internationale, Vladimir Poutine a promis au Caucase une « préparation maison. » Sept mois plus tard, nous comprenions ce qu’il avait en tête… Fin 2011, le Président russe Dimitri Medvedev admettait d’ailleurs qu’il s’était agi, avec la guerre de 2008, de prévenir une avancée de l’Otan sur ce que Moscou considère apparemment comme relevant de sa sphère d’influence.

C’est donc au moyen de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, ces deux régions séparatistes géorgiennes que même Moscou considérait juridiquement, officiellement, comme appartenant au giron constitutionnel de Tbilissi, que les dirigeants russes ont fait payer à Washington et à certaines capitales européennes le peu de cas qu’elles faisaient, selon le Kremlin, de la voix de la Russie sur la scène internationale. Au milieu de tout cela, les Abkhazes ont tenté de tirer leur épingle du jeu pour obtenir une indépendance aussi désirée qu’illusoire, bénéficiant le plus souvent du soutien des forces russes nostalgiques de l’URSS et impérialistes.

Dans ce contexte, la logorrhée russe sur les droits de « tous les peuples que Dieu a mis sur cette terre », pour reprendre les mots dont m’avait gratifié le député russe Konstantin Zatouline en 2004, ne suscite aucun transport de joie en Abkhazie. « Nous n’avons pas le choix. Les Géorgiens sont nos ennemis. Nous sommes obligés de nous en remettre à la Russie, pour notre sécurité », expliquent en substances la plupart des Abkhazes. Mais déjà les conflits avec le grand « protecteur » russe pointent : qu’il s’agisse du tracé des frontières, du choix des dirigeants, de l’écriture de l’histoire… Nombreux sont les Abkhazes à craindre que l’ours russe ne fasse qu’une bouchée de leur délicieuse république et ne s’assoie sans vergogne sur leur rêves d’indépendance.

Reportage photo en Abkhazie, république séparatiste géorgienne


Copyright Régis Genté. Avril 2011. Côté abkhaze, au large de Novy Afon.

Les « frontières » abkhazes sont surveillées par les gardes frontières russes. C’est aussi vrai de la côte abkhaze au large de laquelle des navires russes patrouillent en permanence.

Copyright Régis Genté. Juin 2011. Ville de Gali.

La sécurité de l’Abkhazie dépend totalement de Moscou. Environ 4 000 soldats et officiers russes stationneraient dans la république séparatiste. Tout le long de la « limite administrative » avec le reste de la Géorgie, que Moscou et Soukhoumi considèrent comme une « frontière », les forces russes construisent des petites cités militaires (cf. photo, ville de Gali). Voilà qui témoigne d’une intention de s’installer sur le long terme. En février 2010, Moscou et Soukhoumi signaient un accord dit de « coopération militaire » d’une durée de 49 ans. L’Abkhazie devient une grosse base militaire russe.


Copyright Régis Genté. Septembre 2003. Soukhoumi.

En mars 2012, Dimitri Medvedev nommait le gouverneur de la région de Krasnodar, Alexandre Tkatchev, « représentant spécial du président russe pour l’Abkhazie. » Le puissant gouverneur du Kraï de Krasnodar (sur le territoire duquel se dérouleront les JO d’hiver de Sotchi en 2014), ici photographié à Soukhoumi en septembre 2003 lors des festivités pour les « Dix ans de l’indépendance de l’Abkhazie », semble très apprécié de V. Poutine. Pour ce dernier, il a parfois joué les médiateurs auprès des dirigeants abkhazes. M. Tkatchev, qui contrôlerait de larges pans de l’économie de sa région, jouerait de son influence sur l’économie de sa région pour peser sur les décisions prises par Soukhoumi.

Copyright Régis Genté. Juin 2011. Soukoumi.

Monument dédié aux victimes du mohatjirtsvo, le départ forcé des Abkhazes, vers l’empire ottoman, dans les années 1860. Selon certains historiens abkhazes, jusqu’à 80% de la population abkhaze d’alors aurait été contrainte de fuir. Cet épisode tragique des guerres de la conquête russe du Caucase est commémoré par les Abkhazes, comme une façon de se souvenir des relations historiques pour le moins difficiles que la province des bords de la mer Noire a eu avec son protecteur d’aujourd’hui.


Copyright Régis Genté. Avril 2011. Monastère de Novy Afon.

En 2011, une véritable fronde éclatait au sein de l’éparchie abkhaze. Officiellement, celle-ci est placée sous la juridiction de l’église orthodoxe autocéphale géorgienne. En pratique, ladite éparchie dépend de l’église russe. Mais la grande majorité des prêtres et des fidèles orthodoxes abkhazes veulent l’autocéphalie… pendant religieux de l’indépendance politique. Voilà un autre motif de relations orageuses avec la Russie.

Copyright Régis Genté. Avril 2011. Village de Djgiarda.

Le discours identitaire « abkhaze » est très fort dans la minuscule province. Comme dans tout le Caucase, Nord comme Sud. Au-delà des manipulations, c’est là qu’il faut chercher le désir d’indépendance des Abkhazes. Se dire Abkhaze, pratiquer l’ « apsouara », sorte de code d’honneur montagnard mâtiné de rites païens, y compris le jour de pâques (comme sur cette photo), c’est une façon de marquer sa différence… vis-à-vis des Géorgiens comme des Russes.

Copyright Régis Genté. Juin 2011. Soukhoumi.

Une des grandes pommes de discorde entre Soukhoumi et Moscou est la question de l’accès à la propriété en Abkhazie pour les citoyens russes. Notamment pour tout ce qui a un potentiel touristique. Les autorités abkhazes font tout pour ne pas adopter la loi. Elles craignent qu’en quelques mois, les riches russes ne s’emparent de l’essentiel du si riche patrimoine de la république. Pour l’heure, les Russes qui veulent acheter un bien sont obligés de créer des entreprises conjointes où ils ne détiennent qu’une minorité des parts. Ils ont donc recours à des prête-noms.

Copyright Régis Genté. Juin 2011. Lac Ritsa.

Économiquement, l’Abkhazie dépend très lourdement de la Russie. Les cent mille et quelques touristes russes qui s’aventureraient en Abkhazie chaque année sont russes. Le budget de la république serait approvisionné à 70% par des subventions allouées par Moscou, les investissements sont pour beaucoup le fait d’hommes d’affaires russes, c’est chez le grand voisin du Nord que l’on va chercher du travail et faire ses études.

Copyright texte et photos Mai 2012-Genté/Diploweb.com


Plus

. Régis Genté, « Voyage au pays des Abkhazes (Caucase, début du XXIe siècle) », éditions Cartouche, avril 2012, 180 p.

4e de couverture

"Le pays des Abkhazes" : la formule est embarrassante. Voyager dans cette contrée des rivages septentrionaux de la mer Noire, c’est voyager dans un pays qui n’existe pas, en tout cas aux yeux des institutions internationales. Entre 1992 et 1993, la zone a été le théâtre d’une guerre meurtrière entre Abkhazes et Géorgiens, les premiers parce qu’ils revendiquent l’indépendance de leur "foyer national", les seconds parce qu’ils considèrent que la région est partie intégrante de la nation géorgienne. Dix mille morts et presque un quart de siècle plus tard, un statu quo précaire règne sur la province rebelle, devenue de fait indépendante grâce à l’appui décisif des Russes, tandis que les Géorgiens, amputés de l’un des joyaux de leur territoire, balancent entre nostalgie et désirs de revanche. La question des identités nationales, refoulée par soixante-dix années d’une utopie brutale et réveillée par l’effondrement de l’Union soviétique, est au coeur des séjours de Régis Genté dans cette entité fantôme.

. Voir sur le Diploweb.com une présentation par Pierre Verluise du livre de Régis Genté, « Voyage au pays des Abkhazes (Caucase, début du XXIe siècle) », éditions Cartouche, avril 2012, 180 p. Voir

. Voir sur le Diploweb.com un reportage photo de Pierre Verluise sur la ligne de démarcation Géorgie/Ossétie du Sud-Russie, côté géorgien (Sud). Voir

12:27 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.diploweb.com

06/05/2012

Dans le "Reste du monde" et les populations non libérales règne un sentiment exacerbé d'anti américanisme. Et le fantasme de voir la disparition de cette puissance dominante, en tant que telle, est répandu. L'hégémonie des USA est contestable...

La Nouvelle impuissance américaine, d’Olivier Zajec

Publié par le 4 mai 2012 dans Géopolitique en livres
 
La Nouvelle impuissance américaine, d'Olivier Zajec, présentation par Philippe Conrad
Philippe Conrad présente “La Nouvelle impuissance américaine”, d’Olivier Zajec, sous-titré “Essai sur 10 années d’autodissolution stratégique” (août 2011, L’Oeuvre éditions).


La Nouvelle impuissance américaine, d’Olivier… par realpolitiktv

Vidéo enregistrée le 23 février 2012 © realpolitik.tv

 

À propos de l'auteur

Rédacteur en chef des revues d'Histoire "Histoire-Magazine" et "Terres d'Histoire". Collaborateur de nombreuses revues d'Histoire (Historama, Enquête sur l'Histoire, Nouvelle Revue d'Histoire, etc...), responsable des encyclopédies historiques aux éditions Atlas (1978-1991 + Encyclopédie Napoléon 2002-2006), journaliste pigiste à "Spectacle du Monde", "Valeurs actuelles" et le "Figaro hors série"...

12:28 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.realpolitik.tv