14/03/2012

Si Poutine fut réélu tel un plébiscite populaire, c'est que le niveau de conscience des populations russes sur le danger qui pèse sur la Russie est élevé. Afin d'y faire face, Poutine pourrait céder le ministère de la Défense à Rogozine. Mais qui est-il?

Dmitri Rogozine

 
Dmitri Rogozine

Dmitri Olegovitch Rogozine (en russe Дмитрий Олегович Рогозин), né le 21 décembre 1963 à Moscou, est un homme politique russe. Il a été président du parti politique Rodina (patrie) et du groupe parlementaire de Rodina à la Douma d'État de la Fédération de Russie. En janvier 2008, il a été nommé par décret présidentiel, ambassadeur de Russie auprès de l'OTAN.

Dmitri Rogozine est né dans la famille d'un historien militaire soviétique célèbre. Il est diplômé en journalisme de l'université d'État de Moscou en 1986 et en 1988 d'économie. En 1993, Dmitri Rogozine rejoint le "Congrès des Communautés russes" nouvellement créé et dirigé par le général Alexandre Lebed dont il devient le chef. Ce parti se veut le défenseur des Russes des ex-républiques soviétiques.

Rogozine est élu à la Douma d'Etat comme député de la ville de Voronej en 1997 et devient l'une des voix principales, défendant le sort des Russes des anciennes républiques soviétiques.

En 2003, Dmitri Rogozine devient l'un des fondateurs et chefs du parti Rodina coalition "nationale-patriotique" qui obtient 9,2 % des voix et 37 des 450 sièges à la Douma lors des élections parlementaires de 2003.

En 2006, il crée un parti nationaliste nommé "Grande Russie"[1].

Après sa nomination en 2008 au poste d'ambassadeur de Russie auprès de l'OTAN et les commentaires des médias occidentaux sur la nomination d'un "nationaliste" à ce poste, il déclare « ne pas avoir la moindre divergence avec Vladimir Poutine pour ce qui touche à la sécurité de la Russie »[2] malgré son statut d'opposant.

Vie privée[modifier]

Dmitri Rogozine est marié et père d'un fils et grand-père d'un petit-fils (2005) Fiodor et d'une petite-fille (2008) Maria. Il aime le basket-ball, le handball et la plongée sous-marine.

Notes et références[modifier]

  1. "2008, Dimitri Rogozine (Rus): l'Europe joue un jeu dangereux au Kosovo" [archive], Bruxelles2, 15 mars 2008.
  2. Vremia Novostieï, repris dans Courrier International n° 900, 31 janvier 2008

Lien externe[modifier]

Sur les autres projets Wikimedia :

 

GéostratégieL'économie militaire russe se remet en marche

7.03.2012, 16:11

Photo: EPA

 



Télécharger

Si vis pacem, para bellum!Si tu veux la paix, prépare-toi à la guerre! - comme disaient les Romains. Les Occidentaux connaissent bien Dmitri Rogozine, l’enfant terrible de la nomenklatura russe. Lors de son travail auprès de l’OTAN à Bruxelles en tant que représentant plénipotentiaire de la Fédération, ce grand benêt s’amusait à harceler les chefs de commission, militaires chevronnés, avec des commentaires parfois très désobligeants. Une petite peste que ce Rogozine! juraient entre les dents les intéressés. On peut imaginer leur soulagement le jour où Moscou rappela cette force brute au bercail. Mais voilà que depuis plusieurs mois ce Monsieur a été investi d’une nouvelle fonction parfaitement mérité on s’en doute. Il est devenu vice-premier-ministre chargé des affaires militaires, portefeuille qui revenait avant à Sergueï Ivanov.

Rogozine s’est tout de suite attelé à la tâche et comme c’est un bœuf de labour il en est très rapidement venu au remodelage et rééquilibrage de tout le système du complexe militaro-industriel. Depuis des décennies le Ministère de la Défense commandait du matériel obsolète qui ne faisait que remplir le carnet de commandes des entreprises intéressées.

Outre cela l’espace militaire et civil russe battait de l’aile et cela devenait alarmant compte tenu du fait que traditionnellement c’est un point fort de l’industrie et du commerce russes. Rogozine s’est donné pour but de déblayer le terrain et il s’y est mis en retroussant ses manches.

Parmi les récents succès de l’ancien Bruxellois on peut mettre à son actif le lancement du missile à ogives multiples Boulava qui fonctionne en tandem avec le nouveau projet du Sous-marin nucléaire lanceur d’engins. Pendant plusieurs années ce programme pataugeait et voilà qu’il arrive à bon port après une intervention musclée et courroucée de Rogozine. Ce monsieur a une langue aussi acéré qu’un bistouri et si besoin est, n’hésite pas à enfoncer le clou.

Après le nouvel avènement de Vladimir Poutine, Rogozine entend mettre à profit le programme du développement militaire annoncé par le Président de Russie. A la lumière des nouvelles ambitions et défis de la Russie, le réarmement apparaît comme tangible et Rogozine n’y va pas de main morte. Pour fournir le nouvel équipement à l’armée, il faut tout d’abord peaufiner les capacités de production du complexe militaro-industriel. C’est l’un des points-clés du message adressé par Rogozine dans son discours prononcé à la Douma russe le 28 février dernier. Or, Rogozine est très insatisfait aussi bien du quantitatif que du qualitatif et il le dit haut et fort.

Il raconte que le complexe militaro-industriel englobe en tout 1 300 sociétés pour un effectif de l’ordre de deux Millions de travailleurs tandis que l’armée russe compte 1 Million de militaires. Le chef du secteur se rend parfaitement compte que la Russie est le troisième exportateur d’armements au monde après les Etats-Unis et la France. Et si l’équipement russe en très grande partie défie toute concurrence, il y a tout de même des branches qui requièrent un recyclage urgent.

L’espace reste l’objectif privilégié du gestionnaire qui ne voit aucune corruption ni sabotage dans les entreprises mais veut recréer le contrôle de qualité de production militaire à la source c'est-à-dire à l’usine. Il croit également que toute l’économie russe est en fort besoin d’afflux de nouveaux cadres qualifiés. Une autre facette du facteur humain est celle de l’absence des travailleurs de l’âge intermédiaire c'est-à-dire entre 35 et 55 ans. Cela est une tare de la Russie qui a massacré ses cadres pendant les années du capitalisme sauvage et Rogozine entend promouvoir rapidement les jeunes à coups des primes et augmentations des salaires. Ces salaires qui sont de l’ordre de 800 euros comme valeur médiane doit correspondre à ceux des secteurs respectifs des pays dits développés.

Enfin, hormis le missile Boulava et l’espace, Rogozine fait valoir l’importance de la production indépendante de l’électronique de bord. Pour lui, l’autonomie russe est une question de vie ou de mort.

Tous les autres points peuvent être jugés comme secondaires et moins intéressants.

Quoi qu’il en soit les activités fructueuses de Rogozine sont à l’avenant de la réforme militaire avec une commande de l’équipement par le budget des plus massives depuis 60 ans et de la hausse salariale de l’Armée russe rendant la solde plus motivante que celle des officiers français par exemple.

La Russie se veut forte et armée jusqu’aux dents. On voit bien que les années du marasme sénile sont bel et bien révolues.

31/01/2012

Les temps de crises successives nous font réfléchir sur leur origine ou ce qui les a motivé. Rothschild, portrait à découvrir. Toute une histoire.

Olivier Crottaz : Tout sur les Rothschild

(article du 29 janvier 2012)

 

Après les Rockefeller, voici les Rothschild, de quoi occuper- un – peu un dimanche froid et neigeux par ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OLIVIER CROTTAZ

30/01/2012

Les temps de crises successives nous font réfléchir sur leur origine ou ce qui les a motivé. Rockefeller, portrait à découvrir. Toute une histoire.

Olivier Crottaz : Tout sur les

Rockefeller

 
(article du 26 janvier 2012)

 

Suite à une discussion ce midi avec mon copain Pascal au sujet de la famille Rockefeller, je me suis dit que ces émissions sur cette famille pouvait intéresser les lecteurs du blog.
Attention ! Les trois vidéos commencent de manière identique pendant 3-4 minutes, ce n’est pas trois fois le même reportage !

 

OLIVIER CROTTAZ